Retraite à l’étranger

AIDE À L'EXPATRIATION POUR LES FRANCOPHONES

Guide pour retraité

Trouver un logement à l’étranger
Faire ses démarches administratives à l’étranger
Sortir dans votre nouvelle ville

Ça y est, votre décision est prise : Vous souhaitez partir vivre à l’étranger et y travailler. Pour que cette expérience soit une belle réussite Expat city vous accompagne dans toutes les démarches à accomplir.

 

Vous souhaitez être contacté et obtenir des informations concernant un domaine en particulier ?

    Centre d'intérêts

    Pension de retraite

    Le fait de partir vivre à l’étranger pendant votre retraite ne vous empêchera pas de percevoir vos pensions.
    Pour toucher sa pension à l’étranger, il faut effectuer une demande accompagnée d’un certificat de résidence ainsi que des coordonnées bancaires étrangères auprès de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV). La CNAV réclame tous les ans un certificat d’existence délivré par l’administration de votre pays d’accueil. Il s’agit d’un formulaire préétabli qui doit être visé par le consulat de France.

    La non-production de ce document interrompt le versement de votre pension.

    Il est donc important de prendre contact avec votre caisse de retraite avant votre départ afin de connaître les différents aspects relatifs au versement de votre retraite à l’étranger.

     

    Besoin de renseignement ?

    Découvrir les meilleures offres

    Assurance maladie

    La couverture santé des expatriés dans le pays d’accueil va varier selon les États :
    • Lorsqu’il s’agit d’un pays membre de l’Union européenne, d’un pays assimilé ou d’un pays qui a signé une convention sociale avec la France, le retraité continue de bénéficier de la protection sociale française en cas de maladie ou de problèmes de santé. 
    • Dans les pays qui n’ont pas signé d’accord social avec la France, il faut adhérer à la Caisse des Français à l’étranger (CFE) pour profiter de la même couverture maladie que les retraités restés en France.

    Imposition

    Lorsqu’un Français réside plus de 183 jours par an à l’étranger et qu’il ne possède pas de résidence, ni d’intérêts économiques dans l’Hexagone, les règles d’imposition varient en fonction des accords fiscaux signés entre la France et le pays d’accueil. Si aucune convention n’a été établie, le retraité sera doublement imposé.

    Lorsque le retraité a définitivement quitté la France, les prélèvements comme la CSG et la CRDS ne s’appliquent plus. Il peut même profiter d’une fiscalité avantageuse dans certains pays.

    Le Portugal et l’Espagne font partis des pays où la convention est en vigueur.

    Besoin d'un renseignement ?

    Pour plus d'informations, appelez nous au

    Besoin d'aide?

    Expat City service

    Espagne

    Portugal